Articles de bijouterie : leur innocuité est évaluée !

Pour assurer leur conformité vis-à-vis des exigences réglementaires, les industriels du luxe réalisent des tests sur les articles pour évaluer leur innocuité.

Allergie au nickel, intoxication aux métaux lourds, … autant de risques potentiels qui sont évalués lors des essais réalisés ! Si certains tests ont été développés de façon spécifique pour les articles de bijouterie en tenant compte notamment de leurs conditions d’utilisations, d’autres essais sont tout à fait traditionnels. Parmi ces tests, on citera notamment :

– la détermination du taux de libération de nickel (réalisée suivant la norme EN 1811 et qui peut être précédée d’une simulation de l’usure et de la corrosion mise en œuvre suivant la norme EN 12472),

– la résistance à la corrosion par la sueur synthétique (réalisée suivant la norme ISO 3160-2),

– la corrosion à la thioacétamide TAA (réalisée suivant la norme NF EN ISO 4538),

– la détermination de la teneur en métaux lourds (analyses réalisées notamment par ICP-AES et amalgameur).

Permettant d’évaluer l’innocuité des articles de bijouterie vis-à-vis des consommateurs, ces essais peuvent être associés à d’autres tests comme l’essai de chaleur humide, de résistance aux UV, de résistance à la rayure ou d’usure de type polyservice.

Si vous souhaitez plus d’informations sur ces essais et leur mise en œuvre, n’hésitez pas à nous consulter !

Merci !

Votre demande a bien été envoyée.