Quid du Bisphénol A ?

En Juin 2010, la France vote l’interdiction du Bisphénol A (nommé plus simplement BPA) pour la fabrication des biberons, interdiction étendue à l’Europe en Mars 2011, via la directive européenne 2011/8/UE et le règlement européen 321/2011.
En 2012, la France poursuit la démarche initiée en votant la loi 2012/1442 du 24/12/2012 qui instaure à compter du 1er janvier 2013 une interdiction du BPA dans les contenants alimentaires destinés aux bébés, puis pour tous les autres contenants en contact avec des denrées alimentaires, à compter du 1er Janvier 2015.
A cette date, la France est devenue le premier pays au monde à interdire le bisphénol A dans tous les contenants alimentaires.
Le Bisphénol A était couramment utilisé dans les plastiques (de type polycarbonates) pour la confection de bouteilles recyclables, vaisselles, … et dans les résines epoxyde comme revêtement intérieur aux boites de conserve et aux canettes.
Les industriels concernés se sont donc vu contraints de trouver une solution de substitution au BPA. Certains sont parvenus à trouver des substituts à ce perturbateur endocrinien, d’autres sont en voie.
Dans la filière agroalimentaire, trois familles de vernis (polyester, vinyle et acrylique) ont été sélectionnées pour remplacer la résine epoxyde, utilisée antérieurement pour la protection des aliments d’une contamination microbiologique sans altérer le goût. Sachant que la résine epoxy ne dispose d’aucun substitut universel et contient du bisphénol A, chaque industriel a dû tester et sélectionner le verni de substitution en fonction de sa recette, son emballage et son process. Ce travail fut colossal pour ce secteur d’activité, mais a porté ses fruits.
Dans le secteur de la brasserie (canette et capsules de bouteilles en verre contenant des résines epoxy) et le secteur du plastique (le polycarbonate ne pouvant se fabriquer qu’avec du BPA), les industriels ont sollicité un délai supplémentaire de mise en conformité.
Toutefois, certains industriels n’entendent pas appliquer la loi française, invoquant le fait que les plastiques alimentaires sont régis par l’Union Européenne et qu’un rapport de l’Autorité Européenne pour la Sécurité des Aliments (EFSA) « innocente » cette substance chimique.
D’autres industriels ont suivi les recommandations du gouvernement français par l’utilisation du copolyester ou du polyéthylène téréphtalate. Les fabricants de biberons recourent désormais au polypropylène et au polyéthersulfone. Pourtant, on retrouve dans ce type de matériau polymère des substituts au bisphénol A comme le bisphénol S ou le bisphénol F. Ces derniers présenteraient la même dangerosité que le bisphénol A, selon de dernières études publiées.

A ce jour, la recherche de nouvelles alternatives ne fait que commencer.

Pour vous accompagner dans cette démarche aux enjeux lourds, FILAB met toute son expérience à votre service.
Pour plus d’information, contactez notre expert : contact@filab.fr

Merci !

Votre demande a bien été envoyée.