DISPOSITIFS MEDICAUX : problématique
d’adhérence HAP sur tête fémorale

Confronté à des enjeux stratégiques et réglementaires majeurs, le secteur des dispositifs médicaux est en fort développement en France et en Europe. Assurer la qualité des produits finis, vérifier la biocompatibilité des matériaux utilisés, optimiser vos process et procédés de nettoyage, tester l’endurance et la stabilité de vos articles dans des environnements spécifiques, … : autant de thématiques quotidiennes pour lesquelles les acteurs du marché des dispositifs médicaux doivent apporter des réponses !

 

De nos jours, les matériaux utilisés pour les dispositifs médicaux sont multiples : alliages métalliques (acier inoxydable, titane, chrome-cobalt), matériaux organiques (PEEK), céramiques, … Leurs succès reposent essentiellement sur leurs excellentes propriétés mécaniques, de biocompatibilité et de résistance à la corrosion.

 

Utilisées depuis de nombreuses années pour favoriser la réparation des tissus et l’ostéo-intégration, les céramiques bio-actives sont aujourd’hui très répandues dans le secteur de dispositifs médicaux. Appliquée par projection sous la forme de revêtement sur implants orthopédiques, l’hydroxyapatite (ou HAP) est l’une des plus sollicitées.

 

C’est dans ce contexte, qu’un des principaux acteurs de la projection plasma d’HAP a sollicité notre laboratoire afin de comprendre l’origine d’un défaut d’adhérence de ce type de revêtement sur un substrat métallique révélé lors des essais de contrôle production.

 

L’expertise proposée par notre laboratoire a consisté tout d’abord à caractériser d’un point de vue morphologique par Microscopie Electronique à Balayage à effet de champ (MEB-FEG) la surface de décohésion entre le revêtement et le support. Des techniques d’analyses chimiques comme la Spectroscopie de Photoélectrons X (XPS) et la Spectrométrie de Masse d’Ions Secondaires (SIMS) ont ensuite été sollicitées afin de mettre en évidence la présence potentielle de pollution superficielle au niveau de cette interface de défaillance. Les résultats ont permis d’écarter une éventuelle origine de la problématique associée au procédé de projection mais de mener des actions spécifiques en amont de ce procédé qui ont permis d’éliminer le défaut.

 

Grâce aux compétences humaines et aux moyens techniques complémentaires disponibles au sein de notre laboratoire, la société FILAB a donc su accompagner cet industriel aussi bien d’un point de vue technique dans le cadre de la caractérisation de son défaut que d’un point de vue conseil afin de résoudre sa problématique.

 

Présentant une expérience significative dans la mise en œuvre de ces expertises de défaut d’adhérence, FILAB vous accompagne dans le cadre de vos problématiques associées au secteur des dispositifs médicaux.

 

Pour plus d’informations, contacter notre expert, Emmanuel BUIRET : emmanuelbuiret@filab.fr

Pour être informé des dernieres nouveautés

inscrivez-vous à notre newsletter