Expertise suite à un problème d'adhérence

Vos besoins : caractériser un problème d'adhérence de surface

Lorsqu’on évoque l’analyse de surface, il convient de comprendre ce qu’est la surface. En effet, la surface d’un matériau est une zone vulnérable où siège de nombreuses interactions avec son environnement. Elle conditionne, par ses caractéristiques spécifiques, les performances globales des matériaux. Elle peut également impacter sa fiabilité, sa solidité mais également son pouvoir d’adhérence à un revêtement. 

Pour caractériser l’adhérence d’un matériau, des tests mécaniques (essai de pelage, de flexion, de cisaillement et de traction…) ont été développés. D’autres tests comme le test de cloquage, de quadrillage ou d’indentation ont également été standardisés. 

Cependant, vous faites face lors de la production, d’un stockage ou lors de la mise en application d’un matériau, à des problématiques d’adhérence non expliquées. Pour cela, le support d’un laboratoire peut être nécessaire. 

Nos solutions : mettre à disposition des moyens techniques de pointe permettant d'identifier la cause du problème d'adhérence de vos matériaux

Le laboratoire FILAB vous accompagne dans vos besoins d’analyse de surface et tout particulièrement pour tout problème d’adhérence. L’expertise du laboratoire permet de localiser la zone de décohésion pour en comprendre son origine : impureté, pollution, traitement chimique…

nos moyens techniques pour tout problème d'adhérence

pour aller + loin

  • Analyse de surface et d'extrême surface

  • Caractérisation d'une pollution ou d'une impureté

Les + FILAB

  • Une équipe hautement qualifiée

  • Une réactivité de réponse et de traitement des demandes

  • Un laboratoire accrédité COFRAC ISO 17025

  • (Portées disponibles sur www.cofrac.com - N° accréditation : 1-1793)

  • Un parc analytique complet de 2100m²

  • Un accompagnement sur-mesure

La caractérisation de défaut d'adhérence dans les matériaux est importante car elle garantit la fiabilité, la durabilité et les performances fonctionnelles des matériaux. Les défauts d'adhérence tels que les décollements, les fissures ou les zones de mauvaise adhérence peuvent compromettre l'intégrité structurelle, conduisant à des défaillances prématurées. La caractérisation permet de détecter ces défauts, d'identifier leurs causes et de prendre des mesures correctives pour améliorer l'adhérence. Cela permet de garantir la qualité des produits finis, d'optimiser les procédés de fabrication et de minimiser les risques de défaillance, assurant ainsi la satisfaction du client et la sécurité des utilisateurs.

 

En métallurgie, la caractérisation de défaut d'adhérence n'est pas nécessairement obligatoire dans tous les cas. Cependant, elle est fortement recommandée et largement pratiquée dans de nombreux domaines de l'industrie métallurgique pour assurer la qualité et la fiabilité des produits.

 

La présence de défauts d'adhérence tels que les décollements ou les mauvaises liaisons peut avoir des conséquences graves, notamment en termes de défaillance structurale, de réduction des performances mécaniques, de corrosion accélérée ou de dégradation de la résistance à la fatigue. Par conséquent, la caractérisation des défauts d'adhérence permet d'identifier ces problèmes potentiels et de prendre les mesures nécessaires pour les corriger ou les éviter.

 

Dans certains secteurs de la métallurgie, tels que l'aérospatiale, l'automobile, la construction ou les infrastructures, où la sécurité et la durabilité sont des préoccupations majeures, la caractérisation de défaut d'adhérence peut être obligatoire selon les réglementations et les normes applicables. Ces exigences visent à garantir la conformité aux normes de qualité, à assurer la sécurité des utilisateurs et à prévenir les défaillances potentiellement catastrophiques.

 

Il est important de noter que les exigences spécifiques en matière de caractérisation des défauts d'adhérence peuvent varier selon les industries, les applications et les normes régionales ou internationales en vigueur. Il est donc essentiel de se référer aux réglementations spécifiques et de suivre les pratiques recommandées pour chaque contexte métallurgique particulier.

 

En Europe, certaines réglementations et normes spécifiques sont souvent utilisées pour la caractérisation des défauts d'adhérence en métallurgie. Voici quelques exemples :

 

  1. Normes EN (normes européennes) : Les normes EN sont des normes techniques harmonisées utilisées dans l'Union européenne. Par exemple, la norme EN 1465 spécifie les méthodes d'essai pour l'évaluation de l'adhérence des revêtements organiques sur des substrats métalliques.

 

  1. Directive européenne sur les produits de construction (89/106/CEE) : Cette directive établit les exigences essentielles de sécurité et de performance des produits de construction sur le marché européen. Elle peut inclure des critères de caractérisation de l'adhérence pour certains produits métallurgiques utilisés dans la construction.

 

  1. Directive REACH (1907/2006/CE) : La directive REACH vise à assurer la sécurité et la protection de la santé humaine et de l'environnement dans l'utilisation des substances chimiques. Elle peut être applicable à certains revêtements ou adhésifs utilisés dans la métallurgie, avec des exigences spécifiques de caractérisation des défauts d'adhérence et de substances dangereuses.

 

  1. Normes ISO : Les normes ISO évoquées précédemment peuvent également être utilisées en Europe, car elles sont largement acceptées et utilisées dans de nombreux pays.

 

Il est important de noter que ces exemples ne sont pas exhaustifs et qu'il existe de nombreuses autres réglementations et normes spécifiques applicables à différents secteurs de la métallurgie en Europe. Il est recommandé de se référer aux réglementations nationales et aux normes techniques spécifiques du pays concerné pour une caractérisation des défauts d'adhérence conforme aux exigences européennes. Le laboratoire Filab peut vous conseiller et vous accompagner dans la caractérisation de défaut d’adhérence dans le respect des normes européennes.

En laboratoire, plusieurs méthodologies d'analyse peuvent être utilisées pour la caractérisation des défauts d'adhérence. Voici quelques-unes des méthodes couramment employées chez Filab :

 

  1. Test de traction : Cette méthode consiste à appliquer une force de traction sur l'interface adhésive pour évaluer sa résistance à la séparation. Des dispositifs tels que la machine universelle de traction sont souvent utilisés pour mesurer la force nécessaire pour provoquer la rupture de l'adhésif.

 

  1. Microscopie optique : La microscopie optique permet d'examiner visuellement les défauts d'adhérence. Des techniques telles que la microscopie en lumière réfléchie ou transmise peuvent être utilisées pour observer les zones d'interface adhésive et détecter les défauts tels que les bulles, les fissures ou les zones de mauvaise adhérence.

 

  1. Microscopie électronique à balayage (MEB) : Le MEB est une technique d'imagerie à haute résolution qui permet d'observer les caractéristiques de surface des matériaux. Il peut être utilisé pour examiner les défauts d'adhérence à une échelle microscopique et détecter des problèmes tels que les décollements, les déformations ou les contaminations.

 

  1. Spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (FTIR) : La FTIR est une technique qui permet d'analyser les interactions moléculaires et de détecter les constituants chimiques présents dans un échantillon. Elle peut être utilisée pour caractériser la composition chimique de l'interface adhésive et identifier les défauts tels que les contaminants ou les impuretés.

 

  1. Analyse thermique différentielle (ATD) : L'ATD est une technique qui permet d'étudier les changements de température d'un échantillon lorsqu'il est soumis à des cycles thermiques contrôlés. Elle peut être utilisée pour évaluer la stabilité thermique de l'adhésif et détecter les problèmes d'adhérence liés à des variations de température.

 

  1. Analyse par ultrasons : Les techniques d'analyse par ultrasons, telles que la réflexion ou la transmission d'ondes ultrasonores à travers un échantillon, peuvent être utilisées pour évaluer les propriétés mécaniques de l'interface adhésive. Des variations dans la vitesse ou l'amplitude des ondes ultrasonores peuvent indiquer la présence de défauts d'adhérence.

 

Ces méthodologies d'analyse sont souvent utilisées de manière complémentaire pour obtenir une caractérisation approfondie des défauts d'adhérence dans un échantillon donné. Il est important de choisir les techniques appropriées en fonction des spécificités de l'adhésif et des défauts recherchés.

Lors du choix d'une méthode d'analyse appropriée pour la caractérisation de défaut d'adhérence, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Voici quelques-uns des principaux facteurs à considérer :

 

  1. Type d'adhésif : Différents types d'adhésifs peuvent nécessiter des méthodes d'analyse spécifiques. Par exemple, les adhésifs thermofusibles peuvent nécessiter des techniques d'analyse thermique, tandis que les adhésifs sensibles à la lumière peuvent nécessiter des méthodes d'analyse optique.

 

  1. Objectif de l'analyse : Il est important de déterminer l'objectif spécifique de l'analyse. Souhaitez-vous détecter les défauts d'adhérence, mesurer la résistance à la traction, analyser la composition chimique de l'interface adhésive, ou obtenir des informations sur la stabilité thermique de l'adhésif ? Chaque objectif peut nécessiter l'utilisation de méthodes d'analyse différentes.

 

  1. Taille et forme de l'échantillon : La taille et la forme de l'échantillon peuvent influencer le choix de la méthode d'analyse. Certaines techniques d'imagerie, telles que la microscopie optique ou électronique, peuvent nécessiter des échantillons de taille spécifique ou une préparation spéciale.

 

  1. Résolution requise : La résolution nécessaire pour détecter et caractériser les défauts d'adhérence peut varier. Certaines méthodes d'analyse offrent une résolution plus élevée que d'autres. Il est important de déterminer le niveau de détail requis pour répondre à vos besoins spécifiques.

 

  1. Contraintes de temps : Le temps disponible pour effectuer l'analyse peut également être un facteur à prendre en compte. Certaines méthodes peuvent nécessiter des préparations d'échantillons plus longues ou des temps de mesure plus importants que d'autres.

 

En prenant en compte ces facteurs, vous pourrez choisir la méthode d'analyse la plus appropriée pour la caractérisation de défaut d'adhérence dans votre cas spécifique. Nos experts en la matière chez Filab sauront vous conseiller et réaliser des essais préliminaires pour évaluer la pertinence de différentes méthodes.

Alexandre VIGLIONE
Alexandre VIGLIONE Technico-Commercial
Demandez votre devis
+33 (0)3 80 52 32 05 Demander un devis